Les soins- Les maladies

Les lapins tout comme les cochons d’Indes ont besoin de soins réguliers, surtout lorsque l'on en a plusieurs. Tout les médicaments que j’utilise ont été délivrés et/ou conseillés par un vétérinaire. 

 

 

Le vermifuge:

 

Plusieurs existent mais aucun n'est spécifique aux lapins ou cochons d'Inde, demandez si vous le souhaitez conseil à votre vétérinaire.

 

Pour ma part  j'utilise  du soluverm ou de l'adjusol, une dose dans l'eau une fois par trimestre environ.

 

J'opte aussi fréquemment pour les branches de thym, lapins comme cochons d'Inde aiment beaucoup ça et c'est un très bon vermifuge naturel préventif, n'hésitez donc pas à leurs proposer quelques branches régulièrement: au moins deux fois par mois si vous n'utilisez que ça!

 

 

 

 

 

Le traitement anti parasitaires:

 

j’utilise  des pipettes de Stronghol chat  :1 pour 3 animaux ou chaton ou des pipettes antipuces sans vermifuge tel que le strectiss (différentes marques à retirer chez le vétérinaire): 1 par animal, une fois par trimestre, c'est simple il suffit de l'appliquer à la base du cou.

 

Mais également un mélange d’huile végétale et d’huiles essentielles: je mets 10 gouttes d’huile essentielle de lavande aspic + 2 gouttes de tee trea 2 gouttes de géranium dans 10 cl d'huile végétale d'amande douce et j’applique avec un doigt sur la tête et le long de la colonne vertébrale deux fois par mois quand je n'utilise pas de pipette. Attention toutefois, lorsque vous utilisez le mélange aux huiles essentielles à ne pas exposer votre animal au soleil dans les 12h qui suivent, effectivement certaines huiles essentielles sont photosensible!!!

Il est donc préférable de traiter le soir!!

 

 

 

 

 

Le traitement anti coccidien:

 

Avant j'utilisais du Trisulmix: le traitement se fait sur 5 jours consécutifs tous les 6 mois.

 

Ou une fois par semaine, j’ajoutais une cuillère à soupe de vinaigre de cidre dans environs 1 litre d'eau de boisson, ce qui aide à maintenir un bon équilibre de la flore intestinale.

 

Mais à présent je leur donne les granulés cunifit plus de la marque Versele-Laga, dans lesquels une faible dose d'anti-coccidien est intégré.

 

La coccidie est un parasite qui colonise le système gastro-intestinal.

Elle est naturellement présente dans les intestins des lapins et  la période de sevrage, la vie en communauté des lapins provenant de différents élevages, des problèmes de santé autre que digestifs ainsi que le stress, le manque d'hygiène et/ou un changement d'environnement peut déclencher la maladie. Elle est souvent mortelle, il est donc important de traiter les petits pendant la période de sevrage et sera conseillé de renouveler après l'adoption. 

 

En revanche la contamination chez le cochon d’Inde se fait par l'ingestion de parasites, qui se trouvent dans de la nourriture infectée par des matières fécales et est moins fréquente que chez le lapin mais tout aussi souvent mortelle, une bonne hygiène de la cage est vivement recommandé pour éviter cette maladie

 

 

 

 

 

Les traitements anti diarrhéiques:

 

 

Après en avoir testé quelques traitements du commerce qui se sont avérés tous aussi inefficace les uns que les autres, je me suis rendu à l'évidence: si l'on ne change pas brusquement d'alimentation, que l'apport en foin est régulier, que suite à l'adoption on ne donne que des aliments sec: foins et granulés pendants une dizaines de jours puis que

l'on réintroduit progressivement les légumes et fruits, alors on évite les diarrhées!!!

 

Cela fait à présent 2 ans (et je vais toucher du bois pour que cela dure) que je n'ai pas eu de souci de diarrhée à la maison! 

 

En revanche, si la diarrhée est très liquide, persiste, et/ou glaireuse, et/ou si le lapin ou le cochon d’Inde ne s'alimente plus, prendre un rendez vous chez le vétérinaire s’impose!!!

 

 

 

 

Les vaccins  contre la VHD et la myxomatose:

 

 j’utilise Filavac contre la VHD1 et 2 et Lyomyxovax. Ils sont fait aux 4 et 8 semaines du lapereau (filavac) et la 6 ème semaine pour le lyomyxovac,, et seront à renouveler un an après pour le Filavac et tous les 6 mois pour Lyomyxovax par votre vétérinaire.

 

A savoir : La vaccination des lapins est conseillée mais en France elle n’est pas légalement obligatoire.

 

La VHD est une maladie hémorragique digestive du lapin, elle est par ailleurs virale et donc très contagieuse. Cette maladie peut faire des ravages puisqu'elle est mortelle, il vaut mieux vacciner. 

 

La myxomatose est une maladie apportée principalement par les mouches et les moustiques. C'est une maladie virale grave mais moins mortelle que la VHD, entre lapins elle se transmet par voie respiratoire, par voie génitale, par contact oculaire, par contact anal avec les litières (les excréments du lapin contiennent le virus) ou via des lésions cutanées. Elle est souvent présente dans des lieux humides.

Même si votre lapin ne sort jamais dehors, il est préférable de le vacciner car les insectes piqueurs peuvent rentrer dans nos intérieurs!

Recommandations supplémentaires :

 

Toujours avoir un désinfectant pour d'éventuels plaies (griffure, morsure,accident domestique, etc..), pour ma par j'utilise de la bétadine ou de l'hibitan (à usage vétérinaire et sans alcool) ou encore du sérum physologique. 

 

Et pour finir, une pince à couper les griffes (en animalerie) est bien pratique, surtout si vos compagnons ne se promène pas en extérieur, ainsi qu’une brosse (animalerie également) ou un peigne (identique à ceux utilisé pour les cheveux) selon la nécessitée (périodes de mue ou lapin angora et cochons d’Inde à poils long, tel que les texels, lunkarias, sheltys et péruviens).

 

Les griffes des lapins ou des twits comme leurs dents poussent en continu, il est donc indispensable de vérifier régulièrement les dents de votre protégé et de lui couper les griffes si celles-ci sont trop longues, mais attention à bien couper au dessus de la racine nerveuse sans quoi vous risquez de le blesser.

 

L'allimentation

Pour l'alimentation, je leurs donne principalement des légumes, fruits et épluchures mais aussi des granulés et des graines germés (notamment de l’orge) , ainsi que du foin tous les jours, aliment indispensable pour leur flore intestinale et pour réguler leur transit !

 

 

Petit conseil :

pendant une dizaine de jours pour les lapereaux et cochons d’Inde tout juste adoptés il est préférable de leur donner exclusivement des aliments sec tel que du foin, des granulés et du pain dur et ce, car avec le changement de maison, les petits ont tendance à stresser, ajouter à cela une alimentation humide et c’est presque la diarrhée assurée !

 

Ensuite, réintégrer progressivement les légumes, fruits, et épluchures et donner des granulés à volonté pendant deux à trois mois puis une seule portion (environ 40g par kilo de poids, soit l'équivalent de deux petites poignées) par jour suffira.


Info supplémentaire: pour les cochons d'Inde :

 

 

La vitamine C :

 

Le cochon d'Inde ne peut pas synthétiser la vitamine C, c'est-à-dire qu’il ne peut pas la fabriquer lui-même : il doit la trouver dans sa nourriture. C'est donc à vous de lui en fournir!

Un cobaye atteint d'une carence en vitamine C (maladie également appelée scorbut) souffre de graves problèmes : hémorragies, problèmes dentaires, retard de croissance, etc... et finit par mourir...

 

Comment donner la vitamine C ?

 

 

Pour ma part j’opte principalement pour lesvégétaux frais riches en vitamine C.

Certains légumes, fruits et herbes sont très riches en vitamine C : persil, kiwi, poivron, chou, fenouil... Une bonne ration de ces végétaux plusieurs fois par semaine et vous couvrirez les besoins de votre cobaye.

Attention toutefois au persil : à fortes doses il est toxique. Et à proscrire absolument pour les femelles gestantes et allaitantes car il coupe la montée de lait à cause de sa forte teneur en calcium. D’autre part, le chou provoque des ballonnements, donc il ne faut en donner qu' en petites quantités.

 

Par ailleurs, durant 5 jours par mois j’ajoute de la vitamine C concentré sur les aliments

 Je dépose de la vitamine C en poudre ou en gouttes sur des petits morceaux de légumes : pour ce faire il suffit de prendre une rondelle (concombre, par exemple), de faire un quadrillage dessus avec un couteau, de faire ressortir le jus et de mettre les gouttes dans les incisions ! Succès et efficacité garantis !

 

Mais vous pouvez également opter pour l’utilisation de la seringue (sans aiguille) .

Pour ce faire choisissez une petite seringue (sans aiguille, bien sûr), et aspirez la vitamine C pure liquide dans le flacon. Placez ensuite l'embout de la seringue sur le côté de la bouche du cobaye, au niveau de l'espace qui se trouve entre les incisives et les prémolaires. Ne mettez jamais l'embout de la seringue de face et/ou directement dans la gorge du cochon d'Inde : il risque de s'étouffer ! Alors que si l'embout est sur le côté, le liquide coulera sur sa langue et l'animal pourra le boire naturellement. 

 

 

 

 

Attention à ce que l’on peu nous dire comme bêtises !!!

Dans l'eau de boisson = non

 

Donner de la vitamine C soluble dans l'eau de boisson n'est franchement pas la bonne solution puisque la vitamine C se dégrade très rapidement à l'air et à la lumière. Aussi, dans un abreuvoir, elle n'est efficace que quelques instant et le temps que votre twit est tout bu elle sera désintégrée depuis longtemps !!!